samedi 6 décembre 2008

Centre contre périphérie à Mézières-Ouest

Une élection cantonale partielle a lieu dimanche 7 décembre à Mézières-Ouest. Elle fait suite à l'invalidation de l'élection du conseiller (divers gauche), Pierre Pandini, en mars dernier.
Cette partielle, a priori sans gros risque pour la gauche, semble catalyser les rivalités entre élus du centre et de la périphérie de ce canton. En effet, le conseiller sortant, élu de Charleville-Mézière, la préfecture des Ardennes, se retrouvera une nouvelle fois face au maire (UMP) de This Robert Chauderlot, et son collègue (sans étiquette, soutenu par le MODEM) de Prix-lès-Mézières Alain Beaufey.
C'est ce dernier qui a introduit un recours auprès du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne. Celui-ci a estimé qu'il fallait revoter car, lors de ces cantonales, le bureau de vote de la commune de Warcq était différent de celui ouvert pour les municipales. Ce qui, selon Alain Beaufey, "n'a pas permis à un nombre conséquent d'électeurs de voter" (http://alain.beaufey.over-blog.com/article-23449598.html).
Au mois de mars, arrivé troisième avec 17,35 % des voix, il avait manqué de trois suffrages la possibilité de se maintenir au second tour. Il espère cette fois-ci brouiller les cartes avec une triangulaire.
A droite, Robert Chauderlot est lui aussi convaincu de la nécessité de revoter, comme il l'a expliqué dans "L'Union" du 15 septembre dernier. Il analyse la large victoire de Pierre Pandini au second tour de mars (plus de 60 %) "par le fait que Warcq et Prix-lès-Mézières n'étaient pas obligés de revoter pour les municipales, leurs maires et leurs équipes étant réélues dès le premier tour" (http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/177175/).
La gauche, de son côté, dénonce une candidature sans étiquette "marquée à droite" et appelle à voter Pandini dès le premier tour (http://michele.leflon.over-blog.com/article-22816609.html). Un appel entendu par la candidate MRC de mars dernier, Yvette Lambert. Celui du MODEM, Eric Moine, demande cette fois à ses électeurs de se reporter sur Alain Beaufey.
Ce scrutin verra également les candidatures du FN Eric Samyn et du Vert Philippe Lenice.
Depuis sa création en 1976, suite au redécoupage du canton de Mézières, Mézières-Ouest a toujours voté à gauche. Il était même représenté jusqu'en 1988 par le Parti communiste. Concentrant toutes les administrations de la préfecture, Mézières est davantage marquée à gauche que sa voisine Charleville, avec laquelle elle a été fusionnée en 1966. Ce qui n'est pas le cas de la plupart des communes de sa banlieue.
Une géopolitique locale que pourrait troubler une triangulaire qui bloquerait les suffrages centristes, notamment dans les petites communes, où l'abstention, toujours forte lors des partielles, pourrait être moins importante qu'en ville. Reste à savoir comment ils se distribueraient au second tour, et surtout si Eric Beaufey parviendra à se maintenir.
Un changement de couleur de Mézières-Ouest n'aurait aucune incidence sur l'équilibre du conseil général des Ardennes, qui reste dominé par la droite avec 26 sièges sur 37.
Emmanuel SAINT-BONNET
POUR EN SAVOIR PLUS Tout sur la géopolitique des Ardennes sur http://www.atlaspol.com/CHAR/ardennes.htm Tout sur les élections cantonales sur http://christof.rmc.fr/

2 commentaires:

Michèle Leflon a dit…

Ce n'est pas vraiment le centre contre la périphérie : c'est un vote politique de soutien à un conseiller général de gauche estimé. P. Pandini arrive en tête dans 6 des 9 communes périphériques avec des résultats qui dépassent les 75% à Sury ou Fagnon. Et puis il y a deux potentats locaux, A. Beaufey, maire de Prix les Mézières, a eu plus de la moitié de ses voix dans sa seule commune et R. Chauderlot, pourtant candidat officiel de l'UMP n'arrive en tête qu'à This dont il est maire et à Neuville les This, qui, comme son nom l'indique, est la commune voisine !

JPG86 a dit…

petit détail : Chauderlot est toujours maire? c'est pas Marie-Odile Ponsart? cç ne change rien au résultat.

JPG86